Fototertúlia Origine, auteurs et contexte de l’album politique, caricatural et pornographique de Los Borbones en pelota à partir d’une série de cartes de visite, par Albert Domènech

2 mars 2020, Cercle Artistique de Sant Lluc

Photos : Jordi Algué

     

 

Audio: Montserrat Baldomà

 

Actuellement, personne ne conteste l’importance de la photographie comme source d’information sous les angles les plus divers – culturel, patrimonial, historique – mais on peut rarement la présenter comme une preuve définitive qui oblige à repenser la paternité d’une œuvre de l’importance de l’album Los Bourbons en pelote, attribués aux frères Valeriano et Gustavo Adolfo Bécquer, conservés à la BNE.

À partir d’une série de CDV datant du début du Plan sexennal démocrate (1868-1870) apparus sur le marché et retrouvés dans des archives reproduisant des caricatures directement liées à l’album, il faut repenser sa paternité. Il s’agit aussi de proposer des évolutions géographiques et de comprendre le mode opératoire de son origine, ce qui permet de lever les grands doutes que cet ouvrage surprenant posait aux historiens et aux Bécqueriens.

Grâce à la comparaison du CDV avec les illustrations de Los Borbones en Pelota nous pouvons conclure que les aquarelles conservées à la BNE sont une copie postérieure d’un album original non conservé physiquement mais dont seules les photographies nous sont partiellement parvenues. clé pour lever une série de doutes qui ont été soulevés à travers de nombreuses études.

À travers les reproductions photographiques de l’ensemble original, nous pouvons reconnaître la main de divers artistes barcelonais tels que Eusebi Planas et Tomàs Padró et d’autres moins qualifiés qui ont utilisé le photomontage pour faire leurs caricatures de contenu politique. Cette diversité d’auteurs nous amène à rattacher l’élaboration de l’album à la tradition d’une série de rencontres sociales barcelonaises du s. XIX qui en fit une telle que la Société Pírica (1842-1858), El Trapecio (1860) ou la Rebotiga d’en Pitarra (1866-1872). Ces rassemblements étaient directement liés au monde des intellectuels des artistes, des écrivains, des scientifiques et des révolutionnaires petits-bourgeois.

La Barcelone révolutionnaire du Sexennium serait le contexte idéal dans lequel cet album a été produit – à huis clos en raison de son contenu pornographique dans certaines illustrations – dans des ateliers d’artistes ou dans l’un des nombreux et célèbres rassemblements sociaux tels que ceux de Pitarra, Inocenci López, Café Suizo… Ces ambiances clairement républicaines et opposées à la monarchie modérée permettraient de comprendre la belligérance anti-monarchique qui caractérise tant cet album.

Les CDV conservés nous obligent également à envisager la possibilité que l’album original puisse comporter plus d’illustrations que celles reproduites à l’aquarelle par la BNE et qu’il s’agisse d’un album plus complexe qu’on ne le pense au départ.

thumbnail of FTT_2020_2_CAT

Extrait du Photo Talk (catalan)